Login

Qu’est-ce que le monitoring de la durabilité?

Dès 2012, des concertations ont été entamées entre les organisations agricoles et l’industrie laitière afin d’inventorier les efforts de durabilité du secteur laitier et de sensibiliser les producteurs laitiers à la durabilité. Suite à cela, le programme sectoriel de durabilité a été déployé en 2014 sur l’ensemble de la filière laitière belge. En plus du monitoring de ces efforts, tous les intéressés reçoivent aussi un rapport de benchmarking qui les encourage à progresser davantage.

Qu’est-ce que le monitoring de la durabilité?

Dans l’ensemble de la chaîne laitière

L’impact de ce monitoring sur l’amélioration de la durabilité de l’ensemble du secteur laitier est renforcé grâce au déploiement d’un programme sectoriel de durabilité dans l’ensemble de la filière laitière. C’est ainsi que les différentes initiatives de durabilité et les progrès réalisés sont inventoriés au niveau de la production laitière, du transport et de l’industrie laitière transformatrice. Chaque maillon de la chaîne contribue ainsi à un secteur laitier encore plus durable.

 

 

A l’exploitation laitière

35 initiatives de durabilité sont monitorées à la ferme. Le producteur laitier définit lui-même les initiatives qu’il souhaite appliquer, les priorités qu’il souhaite donner ou les mesures qui conviennent le mieux à son exploitation. Cette approche commune tient donc compte de la spécificité de chaque exploitation. La première période, la mesure zéro, a couru de 2014 à 2016. Toutes les exploitations laitières ont été visitées et toutes les initiatives ont été répertoriées durant cette période. La deuxième période a permis d’inventorier les  progrès réalisés après 3 ans, étant donné que chaque exploitation laitière est inspectée tous les 3 ans par des auditeurs indépendants qui vérifient qu’elle satisfait bien aux critères du cahier des charges QFL (Qualité Filière Lait) sur le plan de la garantie de la qualité et du mode de production. Ces visites d’inspection ont été élargies au monitoring de la durabilité à partir de 2014.

 

 

Lors du transport du lait

Depuis 2006, des données sont réclamées chaque année à 8 entreprises laitières qui représentent environ 82% du lait collecté en Belgique. Ces chiffres traduisent l’évolution du secteur du transport sur le plan du nombre de kilomètres parcourus, de la consommation totale de carburant, du respect de l’environnement des camions-citernes de collecte, de l’efficience par camion-citerne de collecte.

Chiffres par rapport à 2008 (évolution sur 10 ans):

-    6% de km en moins ont été parcourus par 1.000 l de lait;

-    la consommation de carburant par 1.000 l de lait collecté a diminué de 14%;

-    69% des camions-citernes de collecte répondent à la norme la plus stricte en matière d’émissions (norme euro 6);

-    35% de lait en plus par camion-citerne de collecte;

-    8% de camions-citernes de collecte en moins.

 

Lors de la transformation du lait

Depuis 2005, une enquête est réalisée chaque année auprès des entreprises transformatrices pour sonder leurs efforts en faveur du renforcement de la durabilité de la transformation laitière. 12 sites représentant plus de 90% du lait transformé en Belgique y ont participé en 2018. Ces entreprises fournissent des chiffres annuels au sujet de la production et du lait transformé, de la consommation d’énergie et d’eau, du recyclage de l’eau, des eaux résiduelles, des émissions de CO2, du traitement des déchets et de la production d’électricité verte.

 

 

Mise à jour du monitoring de la durabilité

Le secteur laitier s’engage à contribuer à la réalisation des objectifs climatiques. En tant qu’éléments de la solution, les agriculteurs et les transformateurs laitiers veulent continuer à réduire leur impact climatique par une profonde adaptation du programme de durabilité appliqué depuis 2014. De nouvelles initiatives seront suivies et des initiatives actuelles seront corrigées pour répondre encore mieux à la demande sociétale en perpétuelle mutation. Le secteur laitier fait ainsi le choix d’une participation proactive au débat climatique et confirme son rôle au sein d’un système alimentaire durable.